st Benoît

Nouvelles

<< <  Page  6 sur 6

05 octobre 2014
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Le troisième numéro de notre bulletin semestriel a été présenté le 20 septembre 2014 à 17 h, au terme d'une journée de commémoration consacrée à l'Ambulance 1034, en la salle du conseil de l'hôtel de ville de Saint-Hubert.

15 décembre 2013
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Le second numéro du nouveau Bulletin de Saint-Hubert d'Ardenne a été présenté le 9 novembre 2014 en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville de Saint-Hubert.

11 novembre 2013
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Le site Internet de Saint-Hubert d'Ardenne a été victime d'une attaque informatique et est actuellement en cours de reconstruction.

 

Bulletin 02-2018 - No 12

Bulletin 2-2018 - No 12 (recto)Bulletin 2-2018 - No 12 (verso)

Fascicule broché, 80 pages, couverture souple, nombreuses illustrations en noir et blanc et en couleurs, 240 x 210 mm, en vente au prix de 7 € à majorer des frais d'envoi éventuels.

Le douzième numéro de notre bulletin semestriel, seconde livraison de 2018, est en cours d'impression.

Pour savoir comment obtenir un exemplaire du bulletin, voyez la page 'commander'. Tous les anciens numéros sont encore disponibles.

Pour être informé de nos publications, inscrivez-vous à notre liste de diffusion en envoyant un courrier électronique (sans contenu) à publications-subscribe@sha.be.

Au sommaire :

Richard JUSSERET, Éditorial 1
Les Journées du patrimoine ont montré, si besoin en était, à quel point notre patrimoine est une ressource exceptionnelle pour l’avenir de notre Ville. L’ancienne abbatiale, aujourd’hui basilique, fut assiégée par les visiteurs et les guides ont partagé leur passion. À la sortie, que des sourires. Mais teintés de tristesse face à l’état sanitaire de l’église  
Richard JUSSERET, L'ancien cimetière de la paroisse Saint-Gilles à Saint-Hubert 4
En 1980, l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA) a édité un répertoire photographique du mobilier du canton de Saint-Hubert. Cet inventaire photographique est aujourd’hui consultable en ligne. Il reprend entre autres les monuments funéraires conservés dans l'ancien cimetière de la paroisse Saint-Gilles. À l’examen, il s’avère que celui-ci doit être actualisé. Cet article – il s’agit ici de la deuxième partie – se propose de faire cette mise à jour, non seulement en extension mais aussi en compréhension.  
Fernand VAN DEN ABBEEL, François Camille Delhalle : un garde de Warinsart dans la tourmente de la Grande Guerre 35
En cette année de commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale, il a semblé opportun de rappeler le destin tragique d’un habitant de Bras, François Camille Delhalle (1882-1919), dit Camille, qui a fait partie d’une lignée familiale de gardes particuliers du domaine de Warinsart.
 
Émile PÈCHEUR (présenté par José PÈCHEUR), Les bolèdjis Pètcheûr do Bork / Les Pècheur, boulangers au Bork 52
Mu grand pére, FELICIYIN Jozèf Pètcheûr, èst né lu 5 do mwès d’mê an 1845. Ses parints èstint : Jean Jozèf Alècsis (03.06.1798) èt Marie Thérèse Beaupré (15.01.1807). Duvè sès dîj ans, il alèt a scole pa l’roue d’Hamêde. Lu frére du s’mére Nicolas Josèf Beaupré (30.01.1821) èt s’fème Marie Léopoldine Jacques (25.03.1825) èstint cinsis èt i dmorint, o numèro 33 èt leûs stôles o numèro 35 (asteûr c’èst l’mutuèle catolike) du ç’voye la. Lu 16 do mwès d’mârs an 1856, ma tante Marie donèt l’djoû a one pètite bwèssale : MARIE Augustine Beaupré. An alant ou an rvènant du scole, mu grand pére alèt bèrcè su ptite couzine. Sovint, i dmandèt : Vos m’l’ordréz, ma tante ?...  
Mon grand-père, FÉLICIEN, Joseph Pècheur est né le 5 mai 1845. Ses parents étaient Jean, Joseph Alexis (03.06.1798) et Marie-Thérèse Beaupré (15.01.1798). Avant ses dix ans, il se rendait à l’école par la rue Redouté. Le frère de sa mère, Nicolas, Joseph Beaupré (30.01.1821) et sa femme Marie, Léopoldine Jacques (25.03.1825) étaient fermiers, ils habitaient au numéro 33 et leur étable se trouvait au numéro 35 (aujourd’hui mutuelle catholique) de cette rue. Le 16 mars 1856, ma tante Marie donna naissance à une petite fille : Marie, Augustine Beaupré. En se rendant ou en revenant de l’école, mon grand-père allait bercer sa petite cousine. Souvent, il demandait : Vous me la garderez, ma tante ?...  
Nouvelle parution 80
Page précédente : Bulletin - Commander  Page suivante : Bulletin 01-2018 - No 11