1967-2017

Nouvelles

Page  1 sur 5  > >>

14 avril 2017
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Le vol de deux panneaux du retable de la Passion du Christ, un ensemble de 24 panneaux d’émaux peints du XVIe siècle (1530-1560) inspirés pour la plupart de la Petite Passion d’Albrecht Dürer (série de 37 xylographies datée de 1511), a été constaté le 11 avril 2017.

Téléchargez notre avis de recherche au format PDF, à diffuser largement.

10 février 2017
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Fondée en 1967, Saint-Hubert d'Ardenne fête son 50e anniversaire cette année. Pour marquer l'événement, la société organisera le 24 octobre 2017 un colloque anniversaire.

07 décembre 2016
Catégorie : General
Posté par : Benoît Strepenne

Pour commémorer le centenaire de la déportation du 9 décembre 1916 à Saint‑Hubert, nous mettons à votre disposition sur ce site un tiré à part au format PDF de l’article de Léon Hannecart « Il y a un siècle : la déportation de 1916 à Saint-Hubert », publié dans le numéro 8 (novembre 2016) de notre Bulletin.

Bulletin 2016-02 - Tiré à part

 

1er septembre 1873 : le déraillement de Mirwart

par Benoît Strepenne
Merci à Thierry Scholtès pour l'article du Progrès du 11 septembre 1873.

Depuis la création de la ligne de chemin de fer de Bruxelles à Luxembourg, le tronçon qui parcourt l'actuelle commune de Saint-Hubert, de l'ancienne gare de Hatrival à l'ancien point d'arrêt de Mirwart, a connu plusieurs accidents. Le plus grave — et le premier — est sans doute celui du lundi 1er septembre 1873.

Ce jour-là, vers 12 h 30, dans la tranchée de Mirwart, un rail posé quatre mois plus tôt se brise, peut-être suite à une rupture d'essieu, au passage d’un train express à destination de Bruxelles. Selon certains journaux, le train, parti d’Arlon à 10 h 25 avec un quart d'heure de retard sur l'horaire prévu, forçait l'allure. Alors que la locomotive et le tender sont passés sans encombre — ils poursuivront d'ailleurs leur route pour aller chercher des secours à Jemelle —, le fourgon et les six voitures qui le suivent déraillent. Les voitures se fracassent contre le fourgon et contre les parois rocheuses.

Les conséquences sont lourdes. Le journal La Meuse du mercredi 3 septembre 1873, qui fait état de 8 morts et quinze blessés, cite les victimes suivantes : M. J.-F. Graff (également orthographié Graaf dans le même article), hôtelier à Wellin, une jeune personne de Grupont, une dame qu’on dit être de Wellin, une demoiselle Marie-Claire Schonck (ou Schong, ou encore Schanck, selon le journal consulté) de Metz et sa mère, décédée à minuit, le garde-convoi Pastiel (ou Pastielle), M. Stein (ou Steyen), vérificateur de la ligne, M. Wala, conseiller à la Cour d’appel de Liège, originaire de Sainte-Marie-Chevigny, et un sieur Gilson, hôtelier à Wellin. D'autres journaux parlent de cinq décès seulement. Ainsi, selon L’Écho du Parlement du 7 septembre, M. Stein et Mme Schonck (mère), soignés dans un hôtel de Poix, auraient survécu à leurs blessures.

Les blessés seront secourus par le docteur Delvaux de Rochefort, présent à bord du train, puis par ses confrères de la région, les docteurs Crepin et Collignon de Rochefort, Herpain et Dechesne de Saint-Hubert, Heynen de Bertrix, Laval et Lambotte de Marche.

Dans les jours qui suivent l'accident, la presse dénonce l’état lamentable de la ligne, alors encore à voie unique, et de son matériel, qui viennent d’être rachetés par l’État à la Compagnie du Luxembourg.

Le 11 septembre suivant, le Progrès, journal francophone d’Ypres et de son arrondissement, fait une analyse de l’état du réseau ferroviaire qui, 142 ans et quelques mois plus tard, reste d'une certaine actualité. Nous vous la livrons ci-dessous.

Quelques liens pour approfondir ce sujet :